Gazette de l'OSGL Rugby N°1

Imprimer
 

Logo osgl rugby

Gazette de l'OSGL Rugby

Infos & humours - Numéro 1

vendredi 6 décembre 2019
---


























 

 

Edito

A la une : Bernard BOUISSET, nouveau coach des séniors

Bernard BouissetBernard Bouisset Digest :
Né le 16 mai 1974 à Narbonne
Poste en tant que joueur : pilier
A évolué à : Narbonne Top16  jusqu’à 25 ans, Carcassonne – Mazamet F1 – Asvel F2 (montée en F1 2006)
Entraineur des équipes : Asvel 2006 à 2008 ; Rillieux honneur (montée en F3) 2011 - 2014, Saint-Priest 2014-2016 (montée en F2) et Saint Genis cette saison
Palmarès : Finale de Championnat de France avec Narbonne, Champion de France Taddeï avec Narbonne, 1 sélection avec France U
 
Bonjour Bernard,
 
·Tout d’abord pour ceux qui ne te connaîtraient pas, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je suis un passionné de rugby qui ne peut plus jouer (grave blessure aux cervicales du temps où le rugby était un peu plus rude qu’aujourd’hui…) ; Entraîner me permet de rester dans ce milieu que j’adore.
J’ai terminé mon dernier match à l’ASVEL sur une civière. Blessé début mars , la montée a été officialisée 2 matchs plus tard. A cette occasion on m’a forcé à sortir de chez moi pour venir au stade et là, tout le club m’avait préparé un bel hommage avec notamment des T shirts à mon effigie … j’ai été très touché… Ça, ce sont les valeurs du rugby, c’est un souvenir immense et c’est aussi pour cela que j’y suis tant attaché.
Professionnellement j’ai atterri dans la région à la sortie de l’Ecole de Police, et m’appuyant sur mon deug de Bio j’ai pu ensuite intégrer la Police Scientifique… C’est très prenant et j’ai dû à un moment freiner sur l’entrainement.


·On te surnomme Maniac, c’est en rapport avec les serial killers ?
Ça aurait pu mais non… maniac est à Narbonne ce que gône est à Lyon ! En arrivant  à Villeurbanne j’appelais tout le monde maniac donc voilà…

·Forces-tu un peu sur ton accent du sud-ouest pour rendre ton discours plus crédible aux oreilles des joueurs ?
Bien au contraire ! J’ai peur qu’ils ne me comprennent pas alors je fais des efforts. Je me fais gentiment chambrer… par contre quand je m’énerve on me comprend bien.
 
·La victoire contre Tarare avec la manière nous redonne du baume au cœur mais t’attendais-tu à un début de saison aussi difficile ?
Oui et non. Oui car avec l’arrivée de beaucoup de nouveaux joueurs + mes nouvelles méthodes d’entrainement, il y aurait nécessairement un temps d’adaptation. De plus Saint-Genis s’est maintenu de justesse la saison dernière et la poule est beaucoup plus forte cette année.
Je m’attendais donc à ce que ce soit compliqué.  Et Non car j’ai trouvé des joueurs très motivés et de la qualité dans l’effectif. Le calendrier ne nous arrange pas non plus avec la rencontre des 6 premiers en 7 journées… la prochaine rencontre contre Saint Jean de bournay sera très importante pour la suite.
 
·Vu d’ici le tandem Louhet-Bouisset ressemble furieusement au tandem Boudjellal – Collazo non ?
Je ne connais pas les relations entre Mourad Boudjellal et Patrice Collazo mais celles entre le président Louhet et moi-même et avec tout le reste du staff sont excellentes, ils me font confiance.
Visiblement Mickey a un peu moins d’argent que Mourad– j’espère qu’il va me garder car je suis bien au club.
 
·Saint-Genis est monté en F3 il y a 2 ans, niveau que n’avait jamais atteint le club. Que penses-tu qu’il faille faire pour pérenniser à ce niveau-là, voire pour le faire encore monter à l’échelon supérieur ?
Il faut déjà penser à se maintenir confortablement en F3 avant de penser à voir plus haut. Compte-tenu que le club n’a pas de moyens financiers et qu’il y a beaucoup de clubs dans le lyonnais, il faut jouer la carte jeune, les faire jouer, leur montrer que l’on compte sur eux.
il faut se construire peu à peu un palmarès qui rendra le club attractif à défaut d’une attraction financière. 
L’Ecole de Rugby est super bonne. Le système de double licence avec le LOU chez les U14 (6 -7 joueurs s’entrainent avec le LOU et St Genis, les meilleurs resteront au LOU…) provoque immanquablement un creux entre l’école de rugby et nos séniors.C’est légitime d’avoir des ambitions mais mieux vaut avoir un rôle important en F3 que de cirer le banc en divisions supérieures.

·On parle beaucoup de la santé de joueurs en ce moment et en même temps on a l’impression que le niveau d’engagement va crescendo, quel que soit le niveau.
Que penses-tu de la présence en F3 par exemple d’un joueur comme le centre Tongien de Saint-Claude ? C’est pas un peu dangereux ? (les scènes de crime ça te connaît…)

Dangereux non, car nous avons la préparation physique adaptée pour affronter de tels joueurs . Pour preuve nous avons très peu de blessés. Mais objectivement nous ne concourrons pas dans la même catégorie. Après l’argent ne fait pas tout car malgré leur effectif, cela fait des années qu’ils sont en F3. A Saint-Genis on a surtout des mecs qui marchent à l’affectif, et des jeunes. On a une belle ambiance, on travaille bien dans un super état d’esprit. On n’a pas de star mais un groupe sénior très homogène qui vit bien ensemble. Ça fait plaisir, je suis persuadé que ça va passer.  

·A part le rugby et les analyses de sécrétions humaines, quelles sont tes autres passions ?
Il me reste un peu de temps pour la famille – ma femme et mes 2 enfants. Ils me supportent et me soutiennent car entre le rugby et le boulot cela ne me laisse pas beaucoup de temps.
Mon épouse est à mes côtés depuis 20 ans, depuis le jour où à Narbonne elle m’a renvoyé le ballon passé par-dessus les grillages et qui quelques jours plus tard, m’a retrouvé grâce à une photo dans le journal et les conseils d’un patron de bar chez qui j’avais mes habitudes…

Sinon j’aime bien faire la fête aussi, spécialement quand on a gagné !
 

Fédérale 3

LA FEDERALE 3, OU L’APPRENTISSAGE DANS LA DOULEUR

L’année de la montée en Fédérale 3 a été une année exceptionnelle mais épuisante pour notre équipe fanion. Il a fallut se battre jusqu’au dernier match pour pouvoir rester dans ce groupe. Passé le temps de l’euphorie, nos saint-genois ont remis le bleu de chauffe pour cette saison 2018/2019. Premier bilan après 7 journées.
Cette année, notre club s’est renforcé avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur de grand niveau ayant connu la Fédérale1. L’équipe s’est préparée physiquement durant toute la pré-saison et c’est avec la rage au cœur et l’objectif de maintien qu’a débuté le championnat. « Maniac », notre nouveau coach a apporté des méthodes différentes et a posé sa patte (de velours) sur son équipe. Son objectif : que « la mayonnaise prenne » entre des anciens expérimentés, des recrues et des jeunes fougueux ayant rejoins  la « une ».
Très vite, nos vaillants ont été confrontés à  la réalité du haut niveau. La fierté de la montée a cédé sa place au combat rugueux d’un groupe 3 qui a haussé son niveau depuis l’année dernière. Hasard du calendrier ou acharnement des dieux de l’Ovalie, Saint-Genis a joué contre les 6 premiers du classement lors des  7 premières journées… l’apprentissage du haut niveau s’est donc fait à l’impact et en vitesse accélérée !

La solidarité comme moteur


Mais, comme le rappelle notre Président Mickey, avec cette lutte acharnée qui exige que chacun prenne ses responsabilités, il faut rester confiant car « l’équipe est en train de se souder ». Tous les observateurs et les nombreux spectateurs présents à chaque sortie de notre équipe, sont unanimes dire qu’il y a une belle solidarité dans cette équipe comme le montre les attitudes positives de nos joueurs. C’est dans l’adversité et la difficulté que se soudent les groupes…à Saint-Genis c’est une réalité vécue chaque semaine.
Plutôt que de voir le demi à moitié bu, admirons la pinte à moitié pleine. En effet, ces 7 premiers  matches ont permis aux joueurs de se connaître, de comprendre leur entraîneur et de découvrir les exigences du niveau Fédérale.

Ils ont besoin de nous

Après un début de saison difficile, c’est un nouveau championnat qui commence. Nos joueurs sont parés pour le combat et ils ont les moyens de réussir de belles choses en s’appuyant sur cette expérience acquise à marche forcée. La victoire contra Tarare par exemple, doit leur servir à envisager sereinement la suite.
Comme disait Pascal (le philosophe pas Papé), « la chance sourit aux esprits préparés ». Nos gones sont donc prêts… ils attendent juste une peu de chance et beaucoup de soutien de leurs supporters.

Allez les rouges les bleus, allez Saint-Genis !

 

En bref...

...Pour l'école de rugby

Les tournois de l'EDR ont commencé... Après s'être aguerris aux nouvelles recommandations de la FFR, nos jeunes pousses ont foulées les pelouses pour en découdre avec leurs adversaires.
Même si la météo a été plutôt douce et clémente jusque là, pourquoi la fédération organise toujours les tournois sur les périodes où la pluie et le froid sévissent ? Les anciens diront "c'est pour rendre les jeunes plus rugueux!"... A méditer !

...Pour les M16

Une catégorie avec un effectif en quantité (40 licenciés) et de qualité selon les coachs.
Afin de pouvoir faire participer au maximum les membres de cette catégorie, la décision a été prise d'engager une deuxième équipe en M16 à 10 joueurs.
Cela permettra aux nouveaux licenciés de s'aguerrir !

...Pour les M19

Invaincu depuis le début de saison, les juniors comme nos prédécesseurs les appelaient font preuve de courage et de vaillance sur le terrain. Sans vouloir minimiser leurs bons résultats sportifs, la gazette a souhaité mettre en avant une coutume naissante dans la section.

En effet, si tout le monde connaît le fameux "Talent d'or", instauré initialement il y a quelques années par France 2, lors de la diffusion des matchs du tournoi des V puis VI Nations (ce trophée récompense la plus belle performance individuelle lors d'un match), qui connaît le "Coin-coin d'or" ?

C
e trophée est remis au joueur des M19 ayant réalisé une action memorable mais dans le mauvais sens du terme.
A titre d'exemple :
- Quand, à cause de toi, tu prends un essai de pénalité...
- Faire un en-avant sur un essai tout fait...
- Lorsqu'au bout de 5 min tu prends un carton jaune...

Enfin, si nous pouvons réellement parlé de trophée, car en effet, le joueur récompensé se voit attribuer un jolie costume de licorne avec lequel il doit déambuler pendant toute la troisième mi-temps.

Il se trouve que par un hasard, afin de confirmer que les grands esprits se rencontrent, les vétérans avaient infligé une sanction à peu près similaire à un de ces joueurs pour avoir oublié sa carte d'identité alors que l'équipe embarquait à Genève pour un voyage rugbystique et culturel à Elche (Espagne)... Il se reconnaïtra ! (et si vous nous le demandez gentiment nous pourrons faire circuler la preuve. Pour rappel : communication@osglrugby.fr)

En tout cas, tant au niveau sportif que dans l'esprit (pour ne pas dire autre chose), la relève semble assurée...

...Pour les vétérans

Samedi 27 octobre, au stade Pierre MENDES FRANCE (très grand homme politique français si on est de gauche) de Saint PRIEST, s’est tenu le tournoi UFAR (Union Française des Anciens du Rugby), nouveau nom de l’UFCO (Union Française des Croulants de l’Ovalie) ayant elle-même remplacée l’UPVB (Union Pathétique des Vieillards de la Bechigue).

Les anciens de la section vétérans, les Sans Génie de l’Ovale, se sont déplacés avec la grosse équipe. Par grosse, entendez un bon 100kg de moyenne, sachant qu’il y avait le président du club dans le lot, ça fait donc un président de 75kg et 22 bœufs de 100 à 130kg.

A noter qu’un des vétérans est médecin chef du service gériatrie de l’hôpital de la Croix-Rousse et qu’il avait emmené avec lui l’ensemble des internes pour des études de cas fort intéressantes dans l’optique d’une soutenance de thèse. Il y avait à voir, et dans le désordre : des genoux qui se plient dans des sens inattendus, des cicatrices à faire pâlir Albator que seuls les vétérans connaissent encore, des courses circulaires en raison de dissymétries importantes des membres inférieurs, une incapacité notoire à se baisser pour plaquer ou même pour faire ses lacets, des têtes moches mais alors très moches, des foies étonnamment résistants malgré le poids des pastis et une désynchronisation des gestes moteurs assez spectaculaire. De quoi satisfaire toutes les spécialités… Sauf peut-être l’interne en neurologie qui est rentré sans le moindre objet d’étude de ce déplacement.

Côté rugby, pas ou peu de choses à noter à part le résultat des matchs qui virent nos anciens préférés s’imposer contre leurs trois adversaires sportifs du jour : 3-2, 2-1 et encore 2-1, respectivement contre « Les Grognards », « Made in Givors » et les « Devil Oldies ». Un 100% certes étonnant mais très flatteur.

Que chacun note et n’oublie pas que notre président vénéré a marqué un essai. Bravo président !

Une journée placée sous le signe de l’amitié, de la bonne humeur, de la camaraderie mais surtout de la curiosité, ce tournoi attirant de nombreux badauds croyant visiter un « Freaks show ». C’était surtout le rendez-vous des revendeurs de bières et de pastis du district puisque chaque vétéran consomme en général son poids en boissons modérément alcoolisées avant, pendant et après un tournoi.

Merci aux organisateurs ! Merci aux participants et à très bientôt.


 

Vie du club :Noël à la Toussaint

Important avant de poursuivre votre lecture !
Ceci est le récit imagé d'une histoire vraie. Si ces images teintées d'humour au 2ème ou 3ème degré vous effraient, passez à l'article suivant.
Il n'est nullement notre intention de dénigrer qui que soit. Il s'agit d'humour que certains pourraient juger comme noir et qui peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.
Par conséquent, si vous n'aimez pas Patrick Timsit au cause de son sketch sur les handicapés, ou que vous trouvez qu'Elie Semoun est "dégueulasse" quand il parle des maisons de retraite... nous vous conseillons de ne pas lire cette article.
Sinon, bonne lecture mais à consommer avec modération.


Cet
te année, la belle histoire de Noël aura lieu à la Toussaint. Cette année nous fêterons donc nos morts en célébrant les vivants. N’est-il pas plus rentable de financer les vivants que de fleurir des morceaux de marbre ou des urnes pleines de bulletins de vote carbonisés ? Oui avons-nous dit à l’OSGL rugby, les morts n’avaient qu’à ne pas le devenir et peut-être, nous disons bien, peut-être auraient-ils eu des lunettes ?

En effet, cette année, la belle histoire de Noël qui a lieu à la Toussaint est une histoire de lunettes de vue. C’est très cher des lunettes quoiqu’en dise Affleflou et malgré un système de santé que nous envie la terre entière, certains n’ont pas accès à certains soins. On pense aux dents qui jonchent parfois les terrains, on pense aux lunettes très utiles pour chercher les dents qui jonchent les terrains. Et cela concerne un enfant adhérent de la section des Moins de 8 ans… Quelle belle histoire ! Cela aurait été moins attendrissant si cela avait concerné un vieux deuxième ligne bedonnant mais là… Un enfant…

Cet enfant se voit contraint, dans le but d’avoir une chance d’apercevoir le ballon et de se diriger dans la bonne direction, si par miracle il l’a attrapé, de jouer avec des lunettes. Mais lunettes et rugby ne font pas bon ménage surtout au moment de plaquer. C’est là que le père Noël qui débarque à la Toussaint intervient. Cette année, le père Noël s’appelle Xavier et Christophe (ses éducateurs), il s’appelle Eric (et il a vraiment une sale trogne, le responsable EDR), il s’appelle Sans Génie de l’Ovale ou la section des  et non-voyants solidaires (ou autrement dit la section des vétérans de l’OSGL). L’idée de ces pères Noël ? Récolter des fonds pour que cet enfant puisse bénéficier de lunettes spécifiques à la pratique du rugby et qui lui permettront à la fois de jouer dans de bonnes conditions mais aussi de préserver ses lunettes du quotidien… pour le quotidien justement.


On dit que le rugby est porteur de valeur mais ce n’est pas vrai, ce sont les hommes et les femmes qui portent les valeurs, ils se retrouvent souvent dans un club de rugby.

Notre belle histoire de Noël de la Toussaint en appellera-t-elle d’autres ? A quand un match de solidarité pour financer les chiens d’ave
ugles ? Le XXIème siècle sera celui de l’inclusion du handicap dans la vie de tous les jours ou ne sera pas.

Imaginez un instant le futur championnat de rugby handisport : Dimanche, les seniors joueront en lever de rideau du grand match de Taupe 14 : les Aveugles de l’OSGL défieront les Nyctalopes de Givors, 30 joueurs, 15 labradors, 15 pianos accordés et 40 ballons percés.

En attendant ce jour, peut-être, notre jeune joueur aura reçu ses lunettes le mercredi 7 novembre et ça, c’est une bonne action de Noël… A la Toussaint.

 

Les évènements à venir

  • Distribution des albums du club

    Si tout va bien, les albums arriveront au plus tard le 26 Novembre et la distribution commencera alors, à la fin des entraînements.

    L'album est donné gratuitement à chaque licencié du club.


    La pochette de 10 vignettes est vendue à 1€, renseignez vous auprès de vos éducateurs et/ou de Bernard Allard (Trésorier du club)
     
  • 30/11 à 19h : Concours de coinche des vétérans

    130 Pique... Coinché ! Surcoinché !

    L'évènement annuel des vétérans aura lieu le 30/11 à 19h.

    Début des parties endiablées à 20h précise, toujours dans la bonne humeur.

    A gagner en premier prix : 2 Jambons !
    Toutes les doublettes seront récompensées !

     
  • 1/12 à 18h : Loto de l'EDR

    Les recettes du loto de l'EDR organisé au Club House permettront de financer une partie du voyage de fin d'année pour nos jeunes.

    Venez nombreux pour tenter votre chance de gagner le superbe premier lot offert par les vétérans :
    une PlayStation 4 ou PS4 pour les initiés !

     
  • A noter dores et déjà dans vos agendas, le 1er Juin 2019 à partir de 14h

    Nous allons organiser la fête du rugby de l'OSGL RUGBY.

    L'objectif est de créer un évènement afin que chaque licencié puisse venir avec ses proches passer une journée rugbystique et sympathique.

    Le projet étant encore en cours de finalisation, nous pouvons seulement vous présenter les souhaits de la commission en charge de son organisation :
    - Tournoi intergénérationnel au toucher
    - Structures gonfables, stands "kermesse rugbystique"...
    - Repas de fin de journée (Boeuf à la broche à déterminer)
    - Fin de soirée musicale...

    Si vous souhaitez apporter votre contribution au projet, n'hésitez pas à vous faire connaître.
    Nous allons avoir besoin de main d'oeuvre mais aussi de soutien financier pour faire de cet évènement une réussite.

    Contactez-nous : communication@osglrugby.fr

Vous souhaitez insérer votre publicité dans notre prochaine gazette, contactez Raphaël - sponsoring@osglrugby.fr


Textes et images : Laurent Bory, Christophe Arago, Jean-Baptiste Jusot & Lionel Souquières.
--
www.osglrugby.fr | contact | FacebookTwitterGoogle+LinkedInImprimer
--
Powered by AcyMailing